• famille Pechels

     Sophie a transmis le digest d'un testament dont elle avait reçu les photos  par le groupe.

     

    Montauban – Me Guillaume RIGAUD – 5E 1229

     

    Le 5 décembre 1629 à Montauban au devant de la maison de l’hérédité de feu Mr Me Orace de PÉCHELS vivant Dr et avocat en la cour, établie en sa personne demoiselle Isabeau de PRÉVOST veuve dudit sieur Péchels assise sur une chaise dans le couloir de ladite maison près du portail d’icelle répondant sur ladite rue dans laquelle elle est enfermée craignant qu’elle ne soit atteinte de la maladie contagieuse

    *demande à être inhumée selon l’ordre de la religion réformée de laquelle elle a dit faire profession

    *donne et lègue

    -aux enfants de feue demoiselle Louise de Péchels sa fille aînée femme de noble Jean Prévost sieur d’Huguenot, savoir à chacun des mâles la somme de 100 ?£ (dans la pliure) et à chacune des femelles la somme de 300£ payables quand elles se marieront

    -à Samuel et Pierre de Péchels ses enfants, leur légitime sur ses biens héréditaires

    *fait et institue son héritière universelle et générale, demoiselle Marie de Péchels sa fille, femme de Me Pierre de BALERAN conseiller du roi et magistrat en la sénéchaussée de Quercy siège de Montauban. La testatrice a dit faire cette institution héréditaire au cas où la constitution dotale faite par ledit feu sieur de Péchels son père ne serait pas payée et pour éviter qu’elle ne demeure sans dot et que ses enfants ne la maltraitassent un jour de ce qu’elle n’avait rien apporté sur les biens dudit sieur Baleran son mari, sachant très bien que l’ingratitude n’est que trop grande en ce temps-ci des enfants envers leur mère.

    -Et, au cas où ladite demoiselle Marie de Péchels sadite fille serait payée de sa dot comptant, la testatrice lui donne et lègue la somme de 1500£ qu’elle lui a donnée par ses pactes de mariage du 7/8/1627 retenus par Me Hélye Gineste notaire, la testatrice nomme comme ses héritiers universels et généraux à parts égales Mrs Pierre et Samuel de Péchels ses enfants à charge de payer les susdits légats et dettes qu’elle pourrait devoir le jour de son décès et que le paiement de la dot de ladite Marie de Péchels sa fille soit préalablement fait. Craignant la collusion et intelligence qui pourrait être entre ledit Pierre de Péchels son fils aîné et ses beaux-frères pour faire perdre à sadite fille ce qui lui a été légué et promis au prétexte de la reddition ? des comptes de tutelle des enfants du feu Sr Théodore de Péchels marchand de Bordeaux ses neveux administré par ledit Sr (Horace) de Péchels son mari (Pierre de Péchels a épousé Marie de Péchels fille de feu Théodore. Lien entre Horace et Théodore non connu, frères ? - cf. base Roglo).

     

    Présents

    Bernard RESTE procureur et consul de la présente année de ladite ville, Marc MONTANIER ministre du saint évangile, Jacques MONTANIERAntoine DURBANPierre BERTHELIERAntoine RUJOL bourgeois et Pierre BARTHE marchand drapier dud. Montauban soussignés

    Ladite demoiselle testatrice a dit ne pouvoir signer à cause de son indisposition et même moidit notaire n’ayant osé bayer mon présent protocole à ladite demoiselle pour signer craignant qu’elle soit infectée et frappée de la maladie contagieuse

     

     Dans un premier temps, j'ai pensé à tous ces relevés de testaments de 1629 à Montauban, lors de l'épissode de la peste. On y voit que les notaires prennent des précautions pour ne pas être contaminés. On peut supposer qu'ils portaient des masques comme les médecins.

    Puis j'ai regardé ce que nous avions sur le groupe concernant la famille de Pechels et j'ai surtout trouvé sur Internet les mémoires de Samuel de Pechels

    Ses mémoires ont été éditées plusieurs fois: dans un premier temps, c'est Paul de Pechell qui a traduit l'original en anglais. Puis Raoul de Cazenove a traduit et annoté en français cette première édition. Robert Garrisson avec des corrections et des additions, et des versions beaucoup plus récentes avec un nouveau titre "Je ne changerai jamais". En suivant le lien précédent, vous verrez la première version française. Et je vous laisse la découvrir.

    Les renseignements trouvés dans ce livre et le testament de Jeanne Prévost, me permettent de construire le début d'un arbre généalogique:

    Centrons nous pour le moment sur Orace (ou Jean Orace suivant les contrats)

     

     Dans le testament Isabeau Prévost, il manque un enfant dont je n'ai pas trouvé le prénom.

    Mais j'ai trouvé un document sur le siège de Montauban où j'ai pu lire ceci:

     

    Nous sommes alors le 14 juillet 1621, juste avant le siège de Montauban par les troupes de Louis XIII.

    Vous remarquez aussi Pierre, docteur et avocat qui a épousé sa cousine Marie.

    J'ai plusieurs contrats d'Antoine Janols, époux d'Isabeau Pechels.

    - son CM 22/01/1663

     Jacques  Rigaud 5 E 1285

    -un testament 27/04/1680

    Jacques Rigaud  5 E 1319 où il souhaite un enterrement RPR

    -un testament ou plutôt codicille 

    22/9/1687 Jacques Rigaud où il souhaite des funérailles catholique. Une de ses filles a quitté le Royaume, depuis 2 ans

     


    Pour la suite, restons sur la descendance de Samuel Pechels et Rachel Valette.

    et maintenant sur Jean Orace Pechels

    C'est là que nous retrouvons Samuel, ses frères et soeurs, et ses enfants. 

    En lisant les mémoires de Samuel de Pechels,  vous comprendrez peut-être mieux toutes les personnes qui interviennent dans son histoire.

    Madame Darassus est sa soeur Claire Pechels épouse de Guillaume Darassus (CM Jacob Dumons 5 E 651 le 13 juillet 1681). Voici les présents, lors de ce mariage:  


    Madame Garrisson:

    est Suzanne de Thierry, belle-soeur de Samuel Pechels (mariage dans les registres du Consistoire en ligne, 16 janvier 1661 vue 107/185). En 1685, sont déjà nés de ce couple 11 enfants.

    Je ne vais reprendre ici que l'histoire de Samuel de Péchels avec quelques dates extraites de ses mémoires.

    20 août 1685

    entrée des troupes dans la ville qui sont logées chez les habitants protestants.

     
    26 août 1685

    pillage de la maison. La famille est mise à la porte de sa maison avec 4 enfants* et la mère enceinte

     
    2 septembre 1685

    retour à la maison saccagée. La mère et les enfants n'y restent pas et cherchent un refuge.

    La maison de Jeanne Lalauze,mère de Samuel Péchels, est occupée, celle de Guillaume Darassus, son beau frère aussi. C'est dans la maison de Robert Garrisson que naîtra Suzanne

     

     6 septembre 1685

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La mère et ses enfants sont contraints par les soldats à rester dans la rue. C'est Mademoiselle de Lada qui recueille la mère et le nouveau-né.

     
     14 janvier 1686  Madame de Lacauze et sa fille Jeanne Pechels sont conduites au couvent. Samuel de Pechels frefusant toujours fermement d'abjurer est conduit à la prison du château Royal  
    25 janvier 1686 L'épouse de Samuel Pechels est chassée de la ville  
    23 février 1686 Samuel de Pechels conduit à la prison de Cahors  
    31 juillet 1686 Samuel de Pechels est conduit à la tour de Constance à Aigues Mortes  
    27 août 1686 départ pour Marseille  
    30 septembre 1686 départ pour l'Amérique  
    12 février 1688 Port au Prince  
    24 octobre 1689 Londres, puis il part pour l'Irlande dans un régiment  
    4 janvier 1690 Une partie de la famille se retrouve à Londres.  Mme de Péchels et son fils Jacob sont arrivés à Londres venant de Genève et ont du attendre le retour de Samuel de Péchels qui était en Irlande  

    1er août 1690

    La famille s'installe en Irlande où la vie est moins chère et où elle pourra vivre plus facilement avec la pension de Monsieur de Péchels  

     

    Je n'ai pas trouvé dans les registres du Consistoire 4 enfants, simplement Anne et Jacob. Puis ensuite Suzanne.

    Suzanne a survécu puisque je l'ai retrouvée dans un testament de sa tante Jeanne (photos tranmises par Fabienne gendep82):

     

    Testament de Jeanne de Pechels de la boissonnade

    Vignarte Jean 5E 1653 Montauban

    26 septembre 1711

    Dans la maison de la succession de noble Jean Orasse de Pechels de la Boissonnade

    Jeanne de Pechels de la boissonnade, fille du dit feu sieur Pechels et de feue demoiselle Jeanne de Lalauze

     

    Honneurs funèbres faits à la discrétion de ses héritiers

    Donne et lègue aux pauvres de l’hôpital général de Montauban la somme de cent livres, une seule fois payable dans l’année de son décès.

    Donne et lègue à Demoiselle Suzanne de Thiery sa bonne veuve de Mr Robert de Garrisson, les meubles, linge et autres effets que la demoiselle de Thiery a actuellement

     

    HUG Anne de Pechels épouse de Louis Cahuzac et demoiselle Suzanne de Pechels épouse du  sieur André Saint Sardos , ses nièces

    Et leur prohibe par exprès à noble Samuel de Pechels de la Boissonnade son frère père des demoiselles héritières et à son défaut noble Jacob de Pechels son fils et frère des héritières, et encore au défaut du sieur Jacob de Pechels aux enfants qu’il délaissera du légitime mariage, laquelle restitution de l’hérédité, la dite demoiselle entend être faite s’ils reviennent dans le royaume

    Elle prohibe à ses héritières de n’aliener aucuns immeubles dépendances de sa succession, autres que ceux qu’elle a légué à la demoiselle de Thiery

     

    Présents : Raymond Beaute conseiller du roi lieutenant au présidial et sénéchal de Montauban, Daniel Debia ecuyer sonseillé et secrétaire du roi, Samuel de Vézin bourgois, Me Jean Dufau procureur en la cour des aides, Blaize Delherm, Jean Soulyé et Jean Hurtaud praticien de Montauban…

     

     On peut voir dans ce testament, en 1711, qu'elle n'a pas eu de descendance et espère qu'elle pourra transmettre une part de son héritage à son neveu Jacob qui est en Irlande. Suzanne de Thierry, sa soeur, veuve de Robert Garrisson vit avec elle.

    Fabienne m'a aussi transmis les photos du testament de Anne de Pechels, fille de Samuel.

     

    Testament Anne de Pechels  veuve de noble Louis de Cahuzac

    Delmas Jean Etienne 5E 2033 montauban

    Le 11 septembre 1751

     

    Donne aux pauvres de l’hôpital général de Montauban dix livres , une seule fois

    Au couvent des pères cordeliers de Montauban, cent livres à la charge des religieux d’assister mon enterrement

    A constitué une dot de 200 livres à sa feu fille Anne Cahuzac  lors de son mariage avec Antoine Carrere lieutenant au bureau de l’élection de Montauban.

    Donne à :

    Jean Baptiste Louis Carrere, son petit fils de feu Anne Cahuzac, sa fille, et Antoine Carrere, trois razes de parson de mouture qu’elle a aux trois moulins Sapiac, Sapiacou et Albarèdes

    Bernarde Natalie Carrere sa petite fille , 1000 livres en constitution de dot

     

    Donne aussi à sa fille Marianne Cahuzac la somme de sept mille livres an argent payable dans l’année de son décès et jusqu’au paiement veut que sa fille jouisse de la métairie située dans la juridiction de Montauban, dans la paroisse d’Ardus. Donne et lègue aussi tout l’argent monnayé et denrées qui se trouveront en nature lui appartenir, toutes les nipes, cornetes linge et hardes… tout ce qui sera dans son armoire

    Donne à sa fille Marianne Marquize Cahuzacreligieuse au couvent des dames carmélites de Montauban, la pension annuelle  et viagère  

    Institue son HUG Louis de Cahuzac son fils

    Donne et lègue à sa fille Marianne et aux successeurs de sa fille Anne cohéritiers de son mari, conjointement avec son fils, l’usage tant du courroir et de la cour, que de l’escalier de sa maison et du petit vestibule qui est eu bout du dit escalier, pour par eux et leur ayant droit et cause pouvoir jouir des appartements bas et hauts de la maison  à eux appartenant vers la plate forme des Carmes et sur la rue de la ve(pli) sur la succession de son mari qu’il a fait construire à ses frais

     

    Anne n'avait que 8 ans au départ de ses parents. Je suppose qu'elle a du rejoindre sa grand-mère et sa tante au couvent avec sa petite soeur Suzanne.

    un lien où vous pourrez lire ce que les protestants qui ne voulaient pas abjurer ont pu vivre lors des dragonnades

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dragonnades

    un autre lien où vous trouverez un article sur le château de la Boissonnade:

    http://mondenard.canalblog.com/archives/2012/02/24/23132433.html

    Au hasard de nouvelles découvertes dans les registres des Archives, cet article pourra se compléter.

     

    Martine

     

    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :